Miss Helyett

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Miss Helyett

Message par Theyr le Mar 24 Avr - 20:37

Miss Helyett, de son vrai nom Jeanne Bourgeois, née à Hienneg-Selbanis le 5è jour de sanguine -75 et décédée à Luminis le 5è jour de Morteciel de l'an 6, était une chanteuse et actrice.

Biographie
Fille d'Antoine Bourgeois, travailleur journalier de 30 ans, et de Jeannette Debrée, couturière de 21 ans, Jeanne Florentine Bourgeois est née au 5 de la rue du Cheval-de-Fer à Hennieg-Selbanis. La famille déménage à Sissoy-Montcymore où elle passe son enfance.

Après avoir pris des cours de théâtre et de chant, elle débute sa carrière en -75 : dans le convoi qui l'amène à Luminis pour ses leçons de violon, elle rencontre Saint-Marcel, responsable de revue à l'auberge de "L'étoile d'Elechos" qui l'engage pour le lever de rideau. Elle cherche sa vocation, sa voix et choisit son nom de scène (Miss Helyett). Elle entre en -64 à l'auberge de "La dernière chance" où elle lance « Max, Ah c'que t'es rigolo », mais sans grand succès.

De -57 à -47, elle se produit à "l'Eldorado" dans le quartier de Mors en chanteuse comique, en épileptique, en gigolette, et découvre petit à petit l'art de tenir la scène. Après avoir appris à pallier son insuffisance vocale par un brin de comédie, une mimique unique et des pas de danse, elle en sort vedette consacrée. Le public commence à l'aimer.

Jusqu'en -40, elle alterne pièces de théâtre et revues, expériences qui lui seront profitables pour devenir finalement la « Miss Helyett » telle qu'on la connaît et telle qu'elle le restera jusqu'à la fin de sa longue carrière.

En -39, Max Dearly la choisit comme partenaire pour créer la valse chaloupée dans une revue du Satin Rouge. Puis dans la revue, c'est La valse renversante avec Momo, le Chevalier aux "Folies Berserkes" en -32, qui donnera lieu à une histoire d'amour longue de 40 ans. Le couple est surnommé par la presse « les danseurs obsédants ».

En -32, elle succède à Gaby Deslys à "L'étoile d'Elechos", dont elle reste la vedette incontestée jusqu'en -25. Dans les années -20, elle enchaîne les opérettes à succès : Luminis qui danse, Luminis qui jase, En douce, Ça, c'est Luminis. Durant cette période, avec successivement Harry Pilcer, Les Early, Jean Giban, Lino Calenzio, Georges du Gué-Tari, elle est la Miss des grandes revues qui feront accourir le tout Paris.

À partir de -26, elle s'entiche d'un tout jeune affichiste de 16 ans nommé Charles Gesmar. Jusqu'à ce qu'il meure en -18, il lui dessine nombre d'affiches et de costumes qui font sa gloire dans les années -20. Il est son confident au point d'habiter sur son palier et de la surnommer « Maman ».

Elle est la vedette du grand bal d’ouverture du Banana Copa Palace, à Aelia, en -13.

Devenue une gloire, elle chante "Ça c'est Luminis" composé par Jose di Padilla, "Mon homme" sur les paroles d'Albert Willemetz, qui écrit aussi pour elle de nombreuses chansons et revues pour les Folies Berserkes et jusqu'aux îles de Daïmonos. Image type de la Luminisiennes, elle fut en concurrence avec Jo Kerba.

Lorsque la Guerre éclate, Momo, le Chevalier est blessé au front et fait prisonnier. Voulant le faire libérer, elle se porte volontaire pour jouer le rôle d'espionne. Elle offre ses services au général Gamelin et est autorisée à circuler librement en Elechos : elle récolte de nombreux renseignements du Seigneur nain Hohenlohe alors à Bordnagar ou du Doge Vittore di Manuel d'Illit Deus. Elle parvient à faire libérer son amant Momo, le Chevalier en -6 grâce à ses relations avec le Consul d'Aelia Hal Sepon XIII.

Elle décède le 5è jour de Morteciel de l'an 06 et ses cendres ont été déposée sur l'Autel des défunts de Luminis.

Chansons

Aëlia, La Java de Doudoune, Fleur d'Amour, Le Fado, Tout ça c'est pour vous, Moineau de Luminis, ... de Jose di Padilla, compositeur qu'elle considère comme « son favori ».

Voici le texte de l'une des chansons qui firent son immense succès :

En douce
par Miss Helyett

Y a des enfants
Qui, dès en naissant,
Font les intéressants
Pour ces seigneurs
Il faut un docteur
Une nurse, un précepteur
Quand on les prend
C’est avec des gants
Si on leur colle une bise
Avant faut qu’on se stérilise
Moi, quand j’ai mis l’nez ici-bas
Je n’ai pas causé tout c’branle-bas!

J’ai fait ça en douce
Je suis v’nue je n’sais pas comment
Vas-y comme j’te pousse
Et j’ai même pas connu d’maman
J’ai grandi, malgré les gnons,
Comme un champignon
J’ai pas été en pension
Faire mon instruction

J’ai fait ça en douce
Et j’ai eu qu’un seul professeur
Tout c’qu’y a d’maousse
C’est un ancien cambrioleur
Je sais comme on chipe un pain
Quand, d’puis trois jours, on a faim
Et comment, pris par la Rousse,
On se manie l’train en douce

Y a des poules qui
Font des tas d’chichis
Quand elles se marient
Elles s’collent en blanc
Elles publient des bans,
Elles invitent l’arrière-ban
Il y a un lunch,
On bouffe et on guinche
Enfin, toute Elechos
Sait qu’elles vont perdre leur innocence
Quand j’me suis donnée à mon homme
Y avait pas d’cloches, ni d’harmonium

J’ai fait ça en douce
Sans toutes ces complications
En pleine cambrousse
Derrière les fortifications,
Pour perdre ma fleur d’oranger
J’ai pas dérangé
L'eupatride, l'archonte, l'aristo
Et des tas d’badauds!

J’ai fait ça en douce
Et j’ai connu sur le gazon
La grande secousse
Et le fameux petit frisson
Et lorsque j’ai chaviré
J’ai rien dit, rien soupiré
Mais j’ai caché ma frimousse
Afin de pleurer en douce

Y a des piqués
Qui, une fois claqués,
Font encore du chiqué
Quand ils s’en vont,
Aux quatre coins, ils ont
Des plumeaux, des cordons!
Plus y a d’ gens
Plus ils sont contents
Ils sont fiers quand ils meurent
D’arrêter les convois, deux heures
Moi, pour pas qu’mon inhumation
Entrave la circulation.

Je f’rai ça en douce
Et sans envoyer de faire-part
Pourquoi faire d’la mousse
Et des tas d’chichis quand on part?
J’n’ai pas besoin de carriole
De monsieur Borniol,
Ni de toute sa ferblanterie
J’veux pas qu’on m’charrie!

Je f’rai ça en douce
Je n’veux pas, pour porter mon deuil,
Que l’on mette des housses
Aux pauv’ chevaux ni aux fauteuils
Pas besoin d’bouquets ruineux,
Dans mon p’tit coin, j’aime mieux
Voir sortir, quand l’printemps pousse,
Une fleur ou deux en douce.

Ironie du sort, sa notoriété et son implication au sein du Ka lui vaudront les honneurs de la Cité. La cérémonie funèbre sera organisée, en grandes pompes, par la Maison de Thulé et c'est le fils Borniol lui-même qui conduira sa cariole jusqu'au Crematorium où elle sera incinérée quelques jours plus tard.

Hommages

Le compositeur Jose di Padilla rend hommage à Miss Helyatt dans plusieurs œuvres, parmi lesquelles : Miss Guinguett et Le Tango de Miss, tango acrobatique dansé par elle-même.

Hommage posthume

Une plaque a été posée sur l'immeuble qu'elle avait habité au numéro 24 du boulevard des Capucines en Samarth à Luminis.
avatar
Theyr
Admin

Messages : 654
Date d'inscription : 02/03/2012
Age : 47
Localisation : BZH

http://antavarn.fr-bb.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum